À UN PAS
DE DEMAIN
AVEC
VOUS

QUAND TOUT ÇA SERA FINI, JE VAIS L'AVOIR MA CEINTURE NOIRE

Adam, 18 ans

Adam, 18 ans

Un matin de juin, Adam se réveille avec un mal de dos lancinant.

« Au début, j’étais pas vraiment inquiet parce que j’ai souvent mal au dos. Sauf que la nuit suivante j’ai pas réussi à dormir. Le lendemain matin, mon père m’a proposé de m’emmener à l’hôpital où il travaille, donc j’y suis allé. »

Les médecins tranchent : rhabdomyosarcome, une tumeur cancéreuse qui a pris naissance dans ses cellules musculaires. Le transfert à Sainte-Justine est immédiat.

Sa première session de cégep en sciences nat’ annulée, Adam se voit contraint à un mois complet d’hospitalisation. « Pour la première fois de ma vie, on m’a mis dans une chambre d’hôpital, où j’ai dû attendre que ma tumeur diminue avant qu’on me la retire. »

Les traitements qui suivent sa chirurgie sont durs. Cycles de 3 semaines durant lesquels s’alternent une médication lourde et des prises de sang, chaque fois entrecoupées de quelques jours de pause. Adam franchit le cap de ses 18 ans à l’hôpital, en plein traitement de chimio.

Qu’à cela ne tienne. Son regard est doux, son attitude confiante, sa sérénité désarmante. On le sent bien entouré.

D’abord il y a ses amis, qui se déplacent nombreux pour venir l’accompagner, l’encourager pendant son hospitalisation. « Lâche pas man », lui disent-ils.

Puis il y a le karaté. « J’aime tout dans ce sport. Ça te force à te dépasser. Tu t’arrêtes jamais. Je vise la ceinture noire et j’y suis presque. »

Et il y a la famille. Ses parents et son jeune frère Mohammed, toujours là comme des rocs, positifs malgré l’inquiétude. « Je reçois aussi beaucoup de soutien de ma famille éloignée. Mes deux grands-mères sont même venues d’Algérie. L’une d’elle n’avait jamais fait de voyage longue-distance. Elle déteste l’avion. Ça m’a fait vraiment du bien de les revoir. »

Adam se réjouit de pouvoir reprendre ses cours en octobre. « Les sciences nat’, c’est surtout pour m’ouvrir toutes les portes dans le futur. La matière est le fun même si des fois c’est comme, ah, est-ce que ça va finir bientôt… Mais j’étais bon en sciences au secondaire donc je me suis dit let’s go. »

On est curieux de savoir s’il va se reprendre avec un gros party pour célébrer ses 19 ans. « Non, j’ai pas besoin de ça, ricane-t-il. Je veux juste sortir avec mes amis et manger du gâteau, that’s it, rien de compliqué. »

Le bonheur, quand la santé va, est dans les choses simples.

À UN PAS DE DEMAIN

AVEC VOUS

Parce que vous donnez à la Fondation CHU Sainte-Justine, nous sommes à un pas de guérir encore plus d’enfants atteints du cancer. Pour Adam, votre engagement est aussi l’assurance d’un accompagnement personnalisé une fois guéri. Pour qu’il se réalise pleinement dans sa vie adulte, avec le moins de séquelles possibles.